mercredi 24 mai 2017Bienvenue

Mais où est la Police municipale ?

Voici quelques semaines, les municipalités de Dzaoudzi et Pamandzi prenaient un arrêté mettant en place un couvre-feu pour les mineurs de 20h à 5h du matin le lendemain.

 En vigueur depuis le 6 décembre dernier, ce dernier dispose que tout mineur de moins de 18 ans devra être accompagné d’au moins l’un de ses parents ou de son tuteur légal, la plage horaire sus citée durant. À défaut, la Police municipale ou la Gendarmerie nationale pourrait procéder à des contraventions.

Seulement voilà ! Si sur papier l’idée est bonne et vise à enrayer la délinquance juvénile frappant notre commune et en forte hausse au fil du temps, il vous suffit de vous promener du côté du plateau polyvalent de Laferme (Labattoir 1) pour vous apercevoir du non-respect de l’arrêté en toute impunité.

En effet, alors que l’arrêté interdit tout rassemblement en groupe non préalablement autorisé de plus de cinq individus mineurs, des parties de futsal sont organisées tous les soirs sur ledit plateau et ce, très souvent à partir de 21h et jusqu’à tard dans la nuit. Pour preuve, c’est à plus de minuit que l’un de nos journalistes a constaté les faits, comme vous pouvez le constater sur l’image et sa montre devant l’objectif de son appareil photo.

 Rassemblements connus de tout le monde, on peut se demander ce que font les forces de l’ordre et surtout notre police municipale ! Qui pour veiller à la mise en œuvre des arrêtés et au respect des décisions du premier magistrat ?

 Outre le fait de ne pas respecter l’arrêter en vigueur, ces derniers ne se soucient de rien et ne se gênent pas non plus de dégrader le bien collectif gratuitement. Ces derniers jours, c’est le portail de l’entrée principal qui en a fait les frais, après les panneaux de basketball et les camps de handball. Ajouter à cela les lumières qu’on laisse allumer alors qu’il n’y a plus mouche qui vole et on aura fait le tour.

 Mais jusqu’à quand le contribuable devra payer pour les bêtises de ces intouchables mineurs qui se croient tout permis et qui pourrissent la vie de la cité ? Ne serait-il pas temps que leurs responsables ou tuteurs légaux assument les incivilités ou écarts de conduite de leurs enfants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *