lundi 13 juillet 2020

La reine Christine, marraine de la Mahoraise SFR

Voir la plage du Faré bondée un mercredi n’est pas chose rare ou exceptionnelle. C’est juste des élèves qui font du sport par le biais de l’UNSS Mayotte. Mais ce mercredi 30 mai, c’était jour exceptionnel.

En effet, 100 professeurs d’EPS, 150 Jeunes Officiels, 30 Jeunes Secouristes, 15 Jeunes Reporters, des Ambassadeurs du Développement Durable étaient mobilisés pour l’encadrement des 4000 participantes à la Mahoraise SFR, une course exclusivement dédiée aux féminines ; « une course festive, solidaire où le plaisir et le partage prennent le pas sur la performance », comme décrite par les organisateurs. Organisée pour promouvoir la pratique féminine, la Mahoraise SFR a eu pour marraine une Guadeloupéenne en la personne de l’ancienne athlète française spécialiste du sprint, championne du monde du relais 4 × 100 m en 2003 et détentrice depuis 1998 du record d’Europe du 100 mètre en 10 s 73, j’ai nommé Christine Arron ou encore la Reine Christine. Rien que ça !

C’est à 10h30 qu’est donné le départ de cette course de 3Km en direction de l’aéroport qui a même vu la participation de la vice-rectrice Nathalie Constantini. Pour l’occasion, le boulevard des crabes a été fermé de 10h à 10h45, les travaux arrêtés et comme si Dame Nature voulait encourager le sport au féminin, le ciel a lâché quelques gouttes tôt le matin avant de rester couvert toute la journée durant alors que toute la semaine il a fait un soleil de plomb combiné à un essaim de séismes. Avec le concours des deux polices municipales de la Petite-Terre et de la Gendarmerie nationale, tout s’est bien déroulé et aucun incident majeur n’est à déplorer. Une organisation presque sans faille et au final 4000 femmes heureuses d’avoir courru (ou marché) aux côtés de la Reine Christine. À n’en pas douter qu’il y aura une seconde édition.