mardi 19 mars 2019Bienvenue

Fatima Souffou démissionne du Conseil municipal

La nouvelle est tombée comme un coup de massue sur Said Omar Oili (S2O) et son équipe municipale : la 3e adjointe au maire démissionne !

Comme le veut la procédure réglementaire, c’est par le biais du Préfet que le premier magistrat appris la nouvelle. Dans son courrier adressé au Préfet, Fatima Souffou invoque des « raisons personnelles et un manque de disponibilité ».

Oui, tout comme moi, à la lecture de ces raisons plusieurs questionnements vous viennent à l’esprit : comment a-t-elle fait pour concilier ses deux postes d’adjointe depuis 2015 et son élection comme conseillère départementale puis 1ère vice-présidente du Conseil départemental ? On peut entendre et admettre les raisons personnelles mais le mal ne serait-il pas plus profond que cela ? Pourquoi maintenant ?

Un malaise profond au sein delà majorité municipale ?

D’après nos informations, Fatima Souffou n’est pas la première à vouloir démissionner. Si, elle, est passée à l’acte, il n’en est rien du 2e adjoint Djanffar Ali Soilihi qui, pendant un moment, menaçait d’en faire autant. On n’oubliera pas non plus Abdallah Soilihi Zirari qui a rejoint le camp de l’opposition au lendemain de l’élection de la liste du Néma sur laquelle pourtant il figurait. La raison ? Il n’aurait pas été retenu pour un poste éminent alors qu’il s’estime beaucoup plus à même d’occuper ces postes que certains… Et nous n’oublierons pas d’ajouter à cette liste la 1ère adjointe Nafissa Daoud qui, à l’instar de Djanffar Ali Soilihi, a très mal pris la décision du maire de désigner Inssa Soulaimana comme binôme de Fatima Souffou pour les élections cantonales de 2015. La tension est-elle retombée depuis ? Pas si sûr ! Avait-elle tort ? Le temps et l’histoire lui donnent, en tout cas, des arguments pour défendre sa position.

Tout comme nous, vous remarquerez que le maire et Néma ont eu fil à retordre avec les trois premiers adjoints, compagnons de longue date du premier magistrat. Pourquoi ? Ces derniers en ont-ils marre de se faire imposer des décisions comme le dit la rue ? Des questions qui resteront sûrement sans réponse mais une chose est sûre : Fatima Souffou a bel et bien démissionné et ce malgré des conseils de Monsieur Saindou. Ce dernier me confiait d’ailleurs à ce propos « il faut croire qu’elle a des conseillers bien meilleurs que moi ».

Le clap de fin pour Fatima ?

Quelles conséquences politiques aura cette démission pour Fatima Souffou à un peu moins de deux ans des prochaines échéances municipales ? Et que dire des cantonales de 2021 ? Sous quelle bannière se représentera-t-elle (si bien sûr représentation y a à moins qu’elle nous fasse le coup de l’ancien Président Hollande) ? Continuera-t-elle avec le Nema ou sous une autre étiquette ?

Une chose est sure, elle aura fort à faire pour convaincre les électeurs car abandonner un mandat en cours de route est très mal perçue. Elle a donc donné le bâton pour se faire battre, si ce n’est signé son arrêt de mort politique. Et croyez-moi ses adversaires ne vont pas s’en priver !

Une demande en attente de validation

Alors qu’on avance des hypothèses et autres questionnements, cette démission n’est pas encore effective et est en attente de confirmation ou non de la part du Préfet. C’est ainsi que lors du Conseil municipal du mercredi 26 septembre dernier, le conseiller Simba Omar Satso s’étonnait du silence assourdissant du maire quant à cette information capitale qu’il a, comme beaucoup, appris sur Facebook et dans les médias. Et le premier magistrat de lui répondre que « ce n’est qu’une information et il n’y a pas de décision à prendre ce jour. J’attends l’arrête de la Préfecture à ce propos ».

Qui pour la remplacer ? Abdallah Soilihi Zirari s’est publiquement porté candidat même si le nom de Said, un proche du maire, est très souvent cité par les rumeurs. To be continued…